En effet la société californienne Parallel Processing a déposé plainte contre Sony pour violation d’un brevet. Elle remet cause le microprocesseur de la console : le CELL. Il a été mis au point conjointement par Sony, Toshiba et IBM en 2005.

Le CELL exploiterait certaines des composantes du brevet 5.056.000, déposé en 1991 par Parallel Processing qui exige le versement de dommages et intérêts ainsi que la saisie et la destruction de tous les produits intégrant cette technologie, dont les 710 000 modèles de la PS3 déjà écoulés.

Il est à souligner que seul SONY est cible de la plainte. Ce type de problèmes n'est très courant dans ce milieu et se termine en général par un accord à l’amiable qui peuvent très vite chiffrer dans les millions de dollars. Déjà que la console se vend mal, si en plus SONY doit encore déboursser de l'argent pour pouvoir continuer à la distribuer on peut se demander de son avenir ainsi que de la division console de la marque...